( 6 mai, 2009 )

« Je ferai le clown de mon mieux. Et peut-être ainsi je parviendrai à faire l’homme, au nom de tous. » (Michel Quint) extrait d’{Effroyable jardins}

le clown triste

Le clown triste                      

Il pensait: « Je n’irai pas plus loin.

A quoi sert-il de marcher sans fin?

Ça use mes souliers et fait souffrir mes pieds,

Pour quelles raisons devrais-je encore me faire saigner? »

 

Il disait: « La force est dans ton coeur,

C’est en toi que réside le bonheur.

Tout n’est en fait que question de volonté.

Alors, serres les lèvres et arrêtes de pleurer! »

 

Il chantait, à tu-tête, sans raison

Espérant pouvoir faire illusion.

Sa voix était rieuse, son chant était bien gai.

On aurait presque cru, qu’il pouvait tout braver.

 

Ça, il savait comment faire semblant!

C’était un artiste au rire éloquent.

Mais au delà du bruit qu’il arrivait a faire,

Ce cachait un clown triste, sans plus aucun mystère…

|