( 4 juin, 2009 )

Il faut être toujours ivre. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du temps qui brise vos épaules, il faut s’enivrer sans trêve. De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous !(Charles Baudelaire)

http://beatricelotta.unblog.fr/

L’emprise des sens

getattachmentaspx.jpg

C’est à travers ton opaque

Et ta futile transparence

Que mon esprit débile vaque.

 

Ivresse incontrôlée des sens,

Ta si fraîche brûlure

Glisse sur moi telle une délivrance,

 

Effaçant pour un temps mes blessures

Qui sournoisement détraquent

Mon coeur que je voudrais plus dur.

 

Nectar des Dieux, sang du Christ,

A ta douce âpreté

Mon corps éprit ne résiste.

 

Appréciant le bouquet fruité

De ton subtil arôme,

Je découvre avec volupté,

 

Des saveurs de pêches et de pommes,

Qui longtemps persistent

Et me hantent. Mauvais fantôme!

 

Je te voudrais remède,

Mais tu n’es qu’illusion.

Telles les chaînes d’Andromède

 

Tu emprisonnes ma raison.

Impassible mais rebelle

Je me noie en ton nom.

 

Ma déesse, ma Cybèle,

C’est alors que je cède

A ton emprise mortelle.

|