( 16 décembre, 2011 )

« Il n’y a pas d’amour heureux, chacun ou chacune porte en soi l’image brisée de cette impossibilité, comme une déchirure, le cri étouffé d’un oiseau blessé. » de Philippe Sollers

L’oiseau

« Il n'y a pas d'amour heureux, chacun ou chacune porte en soi l'image brisée de cette impossibilité, comme une déchirure, le cri étouffé d'un oiseau blessé.  » de Philippe Sollers  dans l'oiseau photo_1236327480792-1-0_zoom

 
Les ailes tombantes gonflées de peine
L’oiseau blessé s’isole.
Autour de lui rien ne l’affole 
L’oiseau blessé s’enchaîne.
 
Il a rêvé de l’arbre en face
L’a désiré si fort,
A cru un temps que ses efforts
L’y mèneraient sans casse.
 
Et sous son aile, le bec enfoui,
Regarde encore au loin,
Ce qui lui semble bien incertain
A tout jamais fini.
 
S’y résoudre, oui!! Cela le tue,
Le lacère, le meurtri,
Le fait tomber dans le dépit.
 Il a bien trop perdu.
 
Mais l’oiseau blessé n’est pas mort,
L’oiseau blessé survit.
Il rêve toujours de l’arbre ici.
Oui l’oiseau vit encore.

|